• פסח ראשון בישראל

    פסח ראשון בישראל

    נתן רועי, הסוכנות היהודית ©
Aliyah

Un premier Pessah en Israël

Un premier Pessah en Israël : Cette année, les familles Weill et Gilberg - originaires de Paris - célèbrent leur premier Pessah en Israël en tant qu’Israéliens. « A Paris, nous ne nous attendions pas à cette effusion d'amour et de chaleur de la part des Israéliens », dit Danielle Gilberg, dans un hébreu sans accent après seulement huit mois en Israël.

Hannah Rose, six ans, a été très surprise quand Haim Bibas, le maire de Modi’in et Président de l'Union des Autorités locales en Israël, s'est présenté chez elle avec de la matza shmourah et une bouteille de vin, en l'honneur du premier Seder de Pessah de la famille en Israël.

Hannah Rose bavarde dans un hébreu parfait, sans aucune trace d'accent parisien. « Je parle hébreu avec ma petite sœur Eve Tosca , elle a deux ans, mais elle ne me comprends pas toujours », dit-elle tandis que sa famille rit autour d'elle - ses grands-parents Danielle et Francis Gilberg, sa mère Stéphanie et son père Franck.

La famille a fait son Alyah il y a huit mois de Boulogne, en banlieue parisienne.

« Mon frère vit à Modi’in depuis dix ans déjà », dit Franck en hébreu. « Nous célébrons notre premier Pessah ici avec lui. C'est le rêve de toute une vie pour moi, d'élever nos enfants ici en Israël. Nous avons pensé que c'était le bon moment de faire notre Alyah, car l'avenir de nos enfants est ici ... Pour nous, les adultes, ce n'est pas simple ici, parce que c'est tout nouveau et étrange, et nous sommes toujours à la recherche d’un emploi, mais nous pensons toujours que c'était le bon moment pour vivre notre rêve pour le bien de nos enfants ».
Stéphanie est une psychologue de profession, et elle espère trouver du travail dans son domaine. « La vie à Modi’in est agréable. Nous nous sentons beaucoup mieux ici que n'importe où ailleurs. Lorsque vous êtes ici, vous n’avez pas l’impression de vivre au Moyen-Orient », dit-elle en français. (« Je n’ai fini mes études d’hébreu à l’oulpan qu’au cours des dernières semaines », dit-elle en riant.)

Lorsque le maire de la ville Haim Bibas est entré dans la maison, il y a eu une connexion instantanée. Il a raconté l'histoire de l'Alyah de sa mère depuis Ouazzane, au Maroc. Elle était la belle-sœur du vice-Premier ministre David Levy, et il a ajouté qu'il est le petit-fils du Rav Shlomo Bibas. « Je suis aussi du Maroc », précise Danielle.
A Modi’in aujourd’hui, il y a environ 10 000 olim-résidents. « La plupart d'entre eux viennent de pays anglophones, mais il y a aussi une communauté française importante », dit Haim Bibas.

Franck dit qu'il se sent bien dans la nouvelle ville, et Danielle ajoute : « Il y a cette réputation injuste qu’ont les Israéliens, mais chaque jour, nous nous rendons de plus en plus compte de la façon dont ils sont accueillants et chaleureux avec les nouveaux arrivants. C'est un sentiment merveilleux de se sentir si bien accueilli ».

21 Mai 2014 / 21 Iyar 5774 0
  • Share