Aliyah

Premier Lag Baomer en Israël

L'effervescence de Pessah est passée : finis le grand nettoyage, les courses interminables dans les supermarchés et les journées de promenades en famille pendant hol ha'moed. Les vacances sont terminées et les enfants ont repris le chemin de l'école. Pourtant depuis quelques jours, vous les voyez faire le tour du quartier munis de charriots remplis de planches en bois… pas de doute : Lag Ba'Omer approche avec son lot de festivités.

 

 

Tout a commencé le lendemain du Seder  avec le compte de l'Omer : 49 jours qui séparent  Pessah de Chavouot. Initialement, l'Omer représentait la mesure d'orge qui était offerte au Temple le lendemain du premier jour de Pessah. De nos jours, c'est pendant cette période que sont commémorés en Israël  les journées du souvenir pour la mémoire des  victimes de la Shoa (Yom Ha Shoa) et des soldats et victimes du terrorisme (Yom Hazikaron). Le 33e jour de l'Omer, le peuple juif célèbre Lag Ba'Omer  qui correspond à la Hilloula de rabbi Shimon Bar Yohaï (auteur de la Kabbale et du Zohar).  A cette occasion, la tradition est d'allumer des feux de joie à travers tout le pays (médurot) pour symboliser le feu de la Thora (qui sera révélée lors de la fête de Shavouot).

 

C'est pourquoi du Nord au Sud d'Israël, les enfants  empruntent les chariots de supermarchés, les caddies de leurs parents  ou tout ce qui peut rouler pour ramasser un maximum de planches. Tout ce qui est susceptible de brûler est récolté : morceaux de bois, vieux meubles, branches d'arbres. Les chefs de chantier sont d'ailleurs obligés de redoubler de vigilance s'ils ne veulent pas retrouver partie de leur matériel dans un grand feu de joie. Le butin une fois ramassé, chaque groupe d'enfants doit faire preuve d'un maximum d'ingéniosité pour cacher son trésor dans un endroit secret jusqu'au jour de la fête.

 

Les préparatifs de Lag Ba'Omer ne s'arrêtent pas là : après avoir trouvé un site sécurisé pour l'allumage de la médura, il faut penser au repas, généralement composé de pommes de terre grillées, saucisses et shamallows. Inutile de préciser que les enfants attendent cette soirée avec impatience, synonyme de chants et danses entre amis. Les membres de mouvements de jeunesse pourront quant à eux profiter d'une nuit blanche devant le feu (sachant que le lendemain de Lag Ba'Omer est chômé en Israël).
Les adultes ne seront pas en reste et en profiteront pour se réunir entre amis : anciens et nouveaux olim, voisins de quartier, parents d'élèves, tous rassemblés pour une soirée grillades.

 

Impossible de parler de Lag Ba'Omer sans mentionner Meron. Chaque année, des dizaines de milliers de pèlerins se retouvent sur le kever de rabbi Shimon Bar Yohaï pour commémorer le jour de la révélation de la Kabala. Mieux vaut s'armer de patience pour accéder au site : embouteillages et grande affluence garantis. Les plus courageux pourront installer leur tente quelques jours auparavant pour être sûrs d'être aux premières loges.  La soirée sera placé sous le signe de la simha avec musique, allumages de bougies, danses, grillades. C'est également lors de Lag Ba'Omer que les garçons de 3 ans se coupent les cheveux pour la première fois lors   la cérémonie de la halaké.  

10 Mai 2017 / 14 Iyar 5777 0
  •   Print