La Voiture et le Permis de Conduire

Beaucoup de questions se posent au sujet de la voiture et du permis de conduire. Voici quelques indications pour vous guider.
 
En Israël, même si un nombre croissant de familles possède aujourd’hui plus d’une voiture, celle-ci reste encore un objet de luxe aux yeux des autorités douanières.
Israël ne fabriquant pas sa propre marque d’automobile, celles-ci sont donc toutes importées.
 
C’est la raison pour laquelle les voitures sont encore lourdement taxées à l’importation et une
 
TVA est encore appliquée en sus.
 
Le citoyen israélien devra donc s’acquitter d’une taxe (TVA incluse), de 115% (voitures européennes et américaines) à 130% (voitures asiatiques).
Le nouvel immigrant a droit quant à lui - et ce durant les trois premières années de son Alyah - d’acheter une voiture à un taux de taxe fixe préférentiel de 75% (hors options). Une différence non négligeable qui peut atteindre jusqu’à 30% par rapport à son concitoyen israélien de naissance. Pour obtenir ce bénéfice, le nouvel immigrant  devra avoir un permis de conduire valable de son dernier pays de résidence et d’en avoir obtenu une équivalence israélienne par examen pratique d’équivalence (voir détails ci-dessous).
 
LA QUESTION QUI SE POSE SOUVENT POUR LE CANDIDAT À L’ALYAH EST :
 
•       Acheter neuf en Israël ou importer ma voiture de France?
 
•       L’importation d’un véhicule étant une procédure lourde et onéreuse, elle se révèle souvent comme une option à éviter.
•       Dans un premier temps vous devez vous référer à votre transitaire qui vérifiera si votre véhicule est homologué en Israël et donc autorisé à l’importation.
•       Ensuite vous devrez prendre en compte le coût du transport du véhicule, son immatriculation en Israël ainsi que sa taxation en fonction de l’argus en vigueur.
•       Même si vous bénéficiez d’une réduction de taxe de par votre statut de nouvel immigrant, cette taxe reste élevée.
•       Enfin, vous ne pourrez dédouaner le véhicule que sur présentation d’un permis étranger et de son équivalent israélien.
•       Chacun pourra calculer selon son véhicule s’il vaut mieux importer ou bien en acheter un sur place.
 
LE PERMIS DE CONDUIRE
 
Un Olé peut conduire en Israël en utilisant son permis de conduire étranger valide, pendant un an après sa date d’Alyah (si l’Olé était présent en Israël en tant que touriste avant son Alyah, cette période pourrait être comprise dans cette année). Passé 1 an, vous devez impérativement obtenir une équivalence de permis, pour être autorisé à conduire en Israël. Vous disposez de 3 ans pour obtenir cette équivalence. Passé ce délai, vous serez dans l’obligation de repasser votre permis de conduire dans son intégralité.
 
Si vous avez passé votre permis de conduire français plus de 5 ans avant votre Alyah, voici la liste des démarches à effectuer pour obtenir la conversion de votre permis de conduire :
 
1- Rendez-vous chez un opticien agréé pour vous faire photographier et obtenir le formulaire de demande de conversion de votre permis de conduire.
 
* Pour les personnes âgées de plus de 70 ans, vous passerez un contrôle d’acuité visuel chez ce même opticien. Vous trouverez aussi au dos du formulaire, un questionnaire médical à remplir par votre médecin de famille.
 
2- Présentez-vous au Misrad HaRishouy (Bureau des Licences – adresses sur le site Internet ci-dessous) avec :
 
a.     Formulaire de demande de conversion de votre permis de conduire
 
b.     Teoudat Zeout
 
c.     Teoudat Olé
 
d.     Passeport de votre pays d’origine comportant votre visa d’Alyah
 
e.     Permis de conduire étranger
 
f.      Et des photocopies de chacun des documents
 
Dans le cas où vous êtes conducteur depuis moins de 5 ans, il vous faudra passer un test de conduite afin d’obtenir l’équivalence. Pour ce faire, prenez contact avec un moniteur d'auto-école. Celui-ci vous dispensera des heures de conduite (une heure de conduite minimum est obligatoire), et vous présentera à l’examen.
 
Ministère des Transports et de la Sécurité Routière : *5678 / 1-222-5678